Le chemin de mon pélérinage passait naturellement par le bord du lac. L'odeur du lac, toujours la même malgré les années, faisait remonter mes souvenirs d'enfance à la surface. Dès la fin de l'école, le rythme changeait doucement, il fallait s'habituer à ne plus se lever le matin et descendre au lac dans la journée. Surveiller les voitures des touristes arriver, inexorablement immatriculées aux Pays Bas, en Angleterre, en Belgique voire en RFA. L'heure avait sonné des transhumances d'été, et mon sage village revêtait dès juillet son uniforme de Station Balnéaire (bienvenue au camping trois étoiles).

Quitter le centre du village en pédalant, longer les maisons accolées et sans charme, continuer sur la portion de route sous le soleil exactement, ou les roues crissent sous le gravier qui s'est un peu trop répandu. Puis, les platanes centenaires, tourner à droite pour la plage municipale. Sa cabane en bois aux volets ouverts, gardienne de l'entrée de la plage était signe que les Grandes Vacances étaient là. Le parfum de vase cohabitait avec l'Aloe Vera des crèmes solaires. Les blondes Bataves étaient déjà trop bronzées par rapport aux autochtones que nous étions. Le sable rugueux et mon gouter. Oser sauter du ponton, avoir la peau gelée et passer au travers de la régulière mais gênante invasion de puces de canards.

Quelques années plus tard, nous étions des collégiennes aux cris hystériques, squattant un peu plus loin le ponton de l'aviron. Le même petit groupe, passant l'été à découvrir nos corps en mue, les orteils frippés et les cheveux mouillés. L'unique sensation violente de rentrer dans l'eau fraiche parce que les copains me jettent à l'eau. A renfort de grands cris aigus, bien sur.
Vers 18h, le soleil est rasant, dernier soubresaut de chaleur avant de passer derrière la montagne. L'été passe, serein comme l'eau du lac. 19h, c'est l'heure de rentrer chacune chez soi en attendant le diner en famille. Ce sera comme toujours, melon et barbecue sur la terrasse.

Et on recommence demain, bien sur.

Et Chris Rea en bande son de ce super 8 nostalgique, bien sur : "Fool if you think it's over" "Josephine" et naturellement "On the Beach".